Afin de réussir un congédiement auprès d’un-e employé-e syndiqué-e permanent-e exerçant des recours juridiques en droit du travail, la contribution de nombreux partenaires est nécessaire. Les partenaires les plus importants sont les syndicats, les ordres professionnels et les instances gouvernementales. Un recours juridique est une opportunité pour évaluer la capacité de différentes instances régulatrices en droit du travail à faire échec aux fortes pressions exercées par une autre instance voulant compromettre les balises juridiques et les règles de droit propres au marché du travail salarié. Le refus ou l’acceptation de collaboration à des fins frauduleuses par les nombreux partenaires ciblées tant par leur pouvoir d’influence morale, financière et/ou coercitive est un facteur primordial dans le résultat final d’un litige, en droit du travail. 

 

Va savoir…

 

Dans notre études de cas:

Dans le cadre du litige avec le Collège Lionel-Groulx, j’ai fait appel à différents individus, différentes instances et acteurs sociaux afin de leur permettre de donner leur avis sur des aspects spécifiques du litige, et ce, en tant que proches avec qui j’ai des relations cordiales en tant que  régulateurs sociaux des relations de travail en milieu syndiqué  ou comme prestataire de service conservant une neutralité administrative à l’égard du litige en question. Il est intéressant d’examiner la capacité des individus et des différents régulateurs sociaux à résister ou non aux fortes pressions exercées par la direction générale du Collège Lionel-Groulx dans le cas d’un simple litige comme celui qui concerne le congédiement d’une employée syndiquée permanente d’un établissement d’enseignement supérieur. Examinons la réactions de différents partenaires impliqués suivants, et ce, selon diverses circonstances et situations en lien avec le litige au Collège Lionel-Groulx: 

Le Conseil d’administration du Collège Lionel-Groulx, la Fédération des cégeps, le Protecteur du citoyen du Québec, Service Canada, Emploi-Québec, le Centre de service scolaire des Affluents, l’Ordre des psychologue du Québec, l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, la  Commission de santé et sécurité au travail CNESST), Monsieur Sylvain Mandeville, directeur général du Cégep Marie-Victorin, Servir Plus, la Commission scolaire de -la-Seigneurie -des Mille-Iles, la Commission scolaire de Laval, le Barreau du Québec, L’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées du Québec, le Syndicat des enseignants et des enseignantes du Cégep Marie-Victorin FNEEQ-CSN, le Ministère de L’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec et la Commission scolaire des Samares (Lanaudière), Desjardins, la Banque Nationale du Canada, Mes proches,  Mes collègues de travail au Collège Lionel-Groulx et le Cégep du Vieux Montréal.  

 

0- Le Conseil d’administration du Collège Lionel-Groulx

Plainte-Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

1-Monsieur Bernard Tremblay, président directeur de la Fédération des cégeps

A) Plainte-Document disponible prochainement

 

B) J’ai fait parvenir plusieurs lettres à Monsieur Bernard Tremblay, président  directeur de la Fédération des cégeps dans le cadre du litige au Collège Lionel-Groulx. Ce que je retiens est que Monsieur Bernard Tremblay ne répond à aucun appel téléphonique, ne fait aucun retour d’appel téléphonique et ne répond à aucune lettre. Malgré sa fonction de représentation et la présentation qu’il fait de la Fédération des cégeps (avec sa photo en gros plan) sur le site internet en ligne, Monsieur Bernard Tremblay ne possède pas la simple notion de base en relations publiques telle que la courtoisie; le geste de demander à son agente administrative de faire parvenir un accusé de réception ou de faire un suivi quelconque.

C’est le silence complet avec Mr Bernard Tremblay, pourtant gestionnaire de haut niveau, d’une institution publique du réseau de l’Enseignement supérieur au Québec.

_______________

FÉDÉRATION DES CÉGEPS

MISSIONLa Fédération des cégeps représente les cégeps, fait leur promotion, défend leurs intérêts, soutient leur développement, suscite leur concertation et met à leur disposition des services et des conseils, afin de les appuyer dans la réalisation de leur mission éducative.

VISION: Réunis au sein d’une Fédération influente, les cégeps, à l’ère du numérique, sont des établissements d’enseignement supérieur agiles, collaboratifs et innovants. Répondant aux aspirations des étudiants, ouverts sur le monde, enracinés dans leur communauté et soucieux des besoins du marché du travail, ils jouent un rôle crucial reconnu par tous.

Lien pour le site:https://fedecegeps.ca/federation/president-directeur-general/

_______________

Voici la dernière lettre que j’ai fait parvenir à Monsieur Bernard Tremblay, président directeur de la Fédération des cégeps, le 22 mai 2020. J’attends encore un accusé de réception… Cette lettre est une demande de changement de la représentation juridique offerte par la Fédération des cégeps à la Direction générale du Collège Lionel-Groulx, et ce, compte tenu des conflits d’intérêts de Me Marie-Christine Tremblay, avocate désignée pour représenter la partie patronale dans mon dossier en litige au Collège Lionel-Groulx.

22 mai 2020

 

_______________________________________________________________________________________________________________

 

2-Le Protecteur du citoyen du Québec

En tant que mécanisme gouvernemental de régulation sociale, il est intéressant d’analyser la réponse du Protecteur du citoyen du Québec suite à la plainte déposée en 2018.

20181219101715424

_______________________________________________________________________________________________________________

 

3-Service Canada (Assurance-emploi)

La production inexplicable de deux relevés d’emplois (cessations d’emploi) par l’employeur en 2018, et ce, avec de fausses informations (dates et montants) qui ont dues être modifiées par la suite fut d’une grande surprise pour Service Canada et moi-même.

Relevés de paie et Service canada 123

_______

Le mardi 29 mai 2018-Service Canada

_______

Le mercredi 30 mai 2018-Service Canada

_______

Il faut savoir ici, que ma période d’éligibilité à l’Assurance-emploi fut réduite de moitié, parce que je revenais d’un congé dans le cadre de l’Entente FPPC-CSQ 2016-2021 de congé à traitement anticipé de 6 mois (1er janvier 2017 au 1er juillet 2017 et la Convention collective FPPC-CSQ ne prévoit pas de contribution à l’Assurance-emploi pour toute la durée du congé à l’étude de mon dossier par Service Canada, j’ai obtenu des prestations d’Assurance-emploi dans le contexte d’un dossier en litige avec griefs syndicaux FPPC-CSQ.

Les montants de Service Canada 29 sept. 2018

_______________________________________________________________________________________________________________

 

4- Emploi Québec

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

5- La Centre de service scolaire des Affluents

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

6-L’Ordre des psychologues du Québec

Plainte-Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

7-L’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec

Plainte-Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

8-La Commission de la santé et sécurité au travail CNESST

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

9-Monsieur Sylvain Mandeville, CRHA, directeur général du Cégep-Marie-Victorin

A) Le 20 juillet 2020, j’ai déposé une plainte à l’endroit de Monsieur Sylvain Mandeville, CRHA, directeur général du Cégep Marie-Victorin à l’ Ordre des conseillers en ressources humaines agrées CRHA, dont il est membre depuis plusieurs années puisque Monsieur Mandeville est en fin de carrière professionnelle. Consulter le point 14-L’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées du Québec de cette page, pour une étude détaillée de la décision rendue suite à cette plainte à l’endroit de Mr Sylvain Mandeville, CRHA, à son ordre professionnel.

Plainte-Document disponible prochainement

 

B) Pour effectuer mon congédiement au Collège Lionel-Groulx, un employé-cadre du Cégep du Vieux Montréal a été utilisé à titre d’expert devant valider l’utilisation de faux documents dans un de mes dossiers psychosociaux au Service à la vie étudiante du Collège Lionel-Groulx, et ce, pour tenter de justifier un congédiement par le Collège Lionel-Groulx. Il s’agit de Monsieur Carlos Alberto Castano, coordonnateur à la vie étudiante et aux services d’aide aux Cégep du Vieux Montréal depuis 2013.

Ainsi, après avoir désigné la directrice du Service des ressources humaines du Collège Lionel-Groulx comme étant ma nouvelle supérieure immédiate au Service à la vie étudiante (à mon retour de congé, en juillet 2017), après avoir mis celle-ci en situation grave de conflit d’intérêts pour avoir supplanté mon réel supérieur immédiat en l’excluant des rencontres disciplinaires et administratives, cet inconnu en provenance du Cégep du Vieux-Montréal  a eu le mandat de confirmer les manoeuvres utilisées (par les parties patronale et syndicale) devant donner lieu à mon congédiement qui m’a été signifié par une lettre cosignée de la part de Monsieur Philippe Nars, directeur des études du Collège Lionel-Groulx et Monsieur Michel Louis Beauchamp, directeur général du Collège Lionel-Groulx depuis 2013. 

Soulignons que ce n’est pas pour rien que le Syndicat du personnel professionnel du Collège Lionel-Groulx FPPC-CSQ a toujours refusé de déposer un grief sur les motifs de mon  congédiement survenu le 17 avril 2018 puisqu’il n’ y a pas de motifs (fondés et justes) de congédiement. Un grief contestant uniquement la procédure de congédiement a finalement été déposé par le Syndicat du personnel professionnel du Collège Lionel-Groulx FPPC-CSQ toutefois le Comité exécutif de mon Syndicat local FPPC-CSQ s’est évidemment désisté de ce grief en mai 2020 ainsi que de tous les autres griefs à mon dossier au Collège Lionel-Groulx.

Mr Albert Castano a finalement eu une promotion de la part de Monsieur Sylvain Mandeville (mon ex-employeur de 1997-2005 –Entente hors cour 2007), directeur général du Cégep Marie-Victorin, le 11 septembre 2020. Consulter l’avis de nomination, ci-dessous.

carlos alberto castano

 

_______________________________________________________________________________________________________________

 

10-Servir Plus

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

11-La Commission scolaire de-la-Seigneurie-des- Mille-Iles (CSSMI)

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

12-La Commission scolaire de Laval 

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

13-Le Barreau du Québec

Dans l’étude de cette plainte par le Barreau du Québec, une procédure est utilisée afin de ne pas se prononcer officiellement sur un des reproches majeurs de ma plainte. On peut constater, à la lecture de la décision finale, que l’avocat chargé du dossier omet de se prononcer sur un des aspects les plus importants de la plainte, en matière de conflits d’intérêts. Dans la demande de révision au Barreau du Québec déposée le 7 novembre 2020, vous pourrez lire l’argumentaire que je présente à ce sujet dans une étude approfondie du traitement de cette demande de révision. Consulter l’onglet suivant: ÉTUDE-Demande de révision 7-11-2020

Plainte-Document disponible prochainement

a) MA PLAINTE AU BARREAU DU QUÉBEC

Plainte M-C. TREMBLAY Lettre du 1er juillet 2020 Microsoft Office Word

______

 

b) LE TRAITEMENT DE LA PLAINTE

______

Réponse de Me Marie-Christine Tremblay, le 11 septembre 2020, aux allégations no. 1- 9-14- et 16 de la plainte.

Réponse à la plainte de Mme Boulay 11-09-2020

______

Mes commentaires au Barreau du Québec suite à la réponse de Me Marie-Christine Tremblay et un document en appui de mes commentaires, intitulé: Liste des trente-huit(38) employés de cégeps ayant exercé des recours en matière de manquement au devoir de représentation syndicale (art. 47.2 et 47.3 du Code du travail) au Tribunal administratif du travail.

PLAINT_1

DÉCISIONS_1 de 2002-2020

_____

c) LA DÉCISION DU BARREAU DU QUÉBEC SUITE À L’ÉTUDE DE LA PLAINTE

1 Décsion du 8 octobre 2020

_____

d) MA DEMANDE AU BARREAU DU QUÉBEC, D’UNE RÉVISION DE LA DÉCISION DU 8 OCTOBRE 2020

-Ma demande de révision:

Disponible prochainement

-L’accusé de réception du Barreau du Québec, le 16 novembre 2020

Lettre pl. 16112020 accusé de réception

-Demande de justification du retard dans la réception de la demande de révision, par le Barreau du Québec

Lettre pl. 16112020-1

-J’ai fait parvenir au Barreau du Québec les différents documents de justification en lien avec l’horaire du comptoir postal de Jean Coutu, mais en vain. Pour un jour de retard postal dû à un mauvais affichage des heures d’ouverture du Comptoir postal-Jean Coutu, le Barreau du Québec a décliné l’étude de la demande de révision.

 

e) LA DÉCISION DU BARREAU DU QUÉBEC SUITE À L’ÉTUDE DE LA DEMANDE DE RÉVISION

Dans le contexte de la Covid-19 (changement des horaires de bureaux de poste-Jean Coutu et mauvais affichage de l’horaire), ma demande de révision a été posté, une journée en retard et cette situation a permis au Barreau du Québec de ne pas étudier la demande de révision, et ce, même si on m’a demandé de fournir les preuves à ce sujet et que tous les documents ont été envoyés dans les plus brefs délais l’avis brutal du Barreau du Québec:

00251064-HD

 

f) UNE AUTRE TENTATIVE AUPRÈS DE ME MARIE-CHRISTINE TEMBLAY

-Je lui ai fait parvenir une lettre lui demandant de se retirer professionnellement du dossier

1er février 2021 Microsoft Office Word

-La réponse de Me Marie-Christine Tremblay, avocate de la partie patronale qui ne semble pas comprendre du tout, la notion de conflits d’intérêts.

Comparution 27-01-2021

______________________________________________________________________________________________________________

 

14-L’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées du Québec

A) Le 20 juillet 2020, j’ai déposé une plainte à l’endroit de Monsieur Sylvain Mandeville, CRHA, directeur général du Cégep Marie-Victorin à l’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées CRHA du Québec concernant deux motifs principaux: manque de courtoisie en ne donnant pas suite à une lettre de première importance expédiée le 13 mai 2019 et non respect des modalités convenues dans une Entente légale hors cour, signée en 2007, au Cégep Marie-Victorin en tant qu’ex-employée syndiquée FNEEQ-CSN, avec permanence, au Département des techniques de travail social du Cégep Marie-Victorin. Soulignons que Monsieur Sylvain Mandeville, CRHA, est un des signataires de cette Entente en tant que directeur du Service des ressources humaines du Cégep Marie-Victorin, en 2007.  Lorsque la responsable du traitement de ma plainte à l’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées m’a contactée pour discuter de la plainte et obtenir des informations complémentaires, je lui ai mentionné que j”étais en train de préparer un autre dossier de plainte à l’ordre des conseillers en ressources humaines agrées. Nous avons donc convenu que cette plainte à l’endroit de Monsieur Mandeville, CRHA,  serait mise en attente, jusqu’à ce je présente la deuxième plainte qui selon la responsable du traitement des plaintes semblaient bien être reliée à la première plainte du 20 juillet 2020.

En cours de rédaction de la deuxième plainte à l’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées du Québec, j’ai reçu la décision de la plainte déposée ultérieurement au Barreau du Québec à l’endroit de Me Marie-Christine Tremblay, avocate de la partie patronale et je me suis rendue compte que des erreurs majeures peuvent faire en sorte qu’une plainte, malgré de grandes évidences sur les faits, puisse être rejetée. J’ai donc contacté la responsable du traitement des plainte, le 13 novembre 2020, afin de l’informer que je ne déposerais pas cette autre plainte, pour les prochains mois. Je lui ai alors demandé de poursuivre la démarche entreprise pour l’étude de ma plainte du 20 juillet 2020, en me disant que j’allais également pouvoir évaluer la procédure de traitement d’une telle plainte tout comme la nature de la décision pouvant être rendue par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées du Québec. On verra, avec une analyse détaillée de la décision  ayant donné suite à ma plainte du 20 juillet 2020 que le mécanisme de traitement des plaintes, tel qu’il est actuellement à l’Ordre des conseillers en ressources humaines agrées n’exerce pas sa fonction de régulateur social et s’avère un mécanisme inutile au sein de notre société québécoise.  

Le 15 décembre 2020, j’ai donc reçu, par courrier électronique, la décision suite à ma plainte du 20 juillet 2020 qui constitue une Demande d’enquête concernant Monsieur Sylvain Mandeville, CRHA. Pour notre étude de cas, il est intéressant d’examiner le traitement des deux motifs principaux de ma plainte (manque de courtoisie en ne donnant pas suite à une lettre de première importance expédiée le 13 mai 2019 et non respect des modalités convenues dans une Entente légale hors cour, signée en 2007, au Cégep Marie-Victorin en tant qu’ex-employée syndiquée FNEEQ-CSN, avec permanence, au Département des techniques de travail social du Cégep Marie-Victorin)  du 20 juillet 2020, dans la section Analyse, et ce,  par la responsable du traitement de la plainte à l’Ordre professionnel, dans sa lettre du 15 décembre 2020. Mes commentaires seront indiqués, en rouge.

La responsable du traitement de la plainte, Me Véronique Émond, CRHA,  écrit:

Est-ce que Monsieur Mandeville a enfreint les dispositions du Code de déontologie de l’Ordre des CRHA ou les dispositions du Code des professions?

-Pour répondre à une plainte portant sur deux motifs précis, Madame Émond, avocate CHHA, pose une seule question. Pourquoi ?

-Elle pose une question très générale en lien avec les dispositions du Code de déontologie concernés par ma plainte, qui seraient, selon elle, les suivantes: article 2, 10, 12, et 51 du Code de déontologie  Elle ne fait aucun lien avec les manquements reprochés dans ma plainte selon les articles suivantes du Code de déontologie: article 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 14, 16, 17, 19, 20, 22, 31, 32, 33, 37, 38, 39, 40, 41, 43, 44, 47, 48 et 49. Pourquoi ?

Aucune preuve n’existe à l’effet que M. Mandeville aurait fait défaut de respecter la confidentialité de l’information obtenue dans le cadre de ses fonctions. Il n’existe aucun début de preuve, ni témoignage ni même preuve circonstancielle. Seules les perceptions de Mme Boulay vont dans ce sens. Le seul fait qu’il ait encore des liens avec le Collège Lionel-Groulx n’est pas suffisant. Quels intérêts auraient eu M. Mandeville à agir de la sorte ? Sauf l’appel en mai 2019, il n’a eu aucun contact avec Mme Boulay en près de 15 ans.

Seules les perceptions de Mme Boulay vont dans ce sens, écrit Me Véronique Émond, avocate. La plainte que j’ai déposée le 20 juillet 2020, repose sur des faits et non des perceptions. Dès les premiers éléments de son analyse, Me Émond, invalide les informations transmises dans le cadre de ma plainte, en les qualifiant de PERCEPTIONS DE MME BOULAY et en précisant qu’ il n’existe aucun début de preuve, ni témoignage ni même preuve circonstancielle. Je me demande vraiment si Me Émond a pris le temps de lire ma plainte de 17 pages.

Consulter le document de plainte (disponible prochainement)

Elle écrit: Le seul fait qu’il ait encore des liens avec le Collège Lionel-Groulx n’est pas suffisant. Me Véronique Émond,  CRHA, m’informer officiellement que Monsieur Sylvain Mandeville, a encore des liens professionnels avec son ancien employeur de 1987-1998), le Collège Lionel-Groulx. Une information que j’ignorais !

Il est étonnant de constater que Me Émond, CRHA, ne mentionne aucun des motifs invoqués dans ma plainte ni preuves transmises dans cette plainte de 17 pages mais prend plutôt position pour se demander quels intérêt auraient eu Mr Mandeville à agir de la sorte ? Elle ne traite pas les informations de ma plainte mais elle donne plutôt sa réponse personnelle, son questionnement personnelle de sorte à ne pas examiner les faits ni les preuves fournies dans les 17 pages de documents remises lors du dépôt de ma plainte. 

Seules les perceptions de Mme Boulay vont dans ce sens, écrit Me Véronique Émond, avocate. La plainte que j’ai déposée le 20 juillet 2020, repose sur des faits et non des perceptions. Dès les premiers éléments de son analyse, Me Émond, invalide les informations transmises dans le cadre de ma plainte, en les qualifiant de PERCEPTIONS DE MME BOULAY.

Quant aux reproches en lien avec le défaut de répondre à la lettre de mai 2019, que pouvait répondre M. Mandeville face à une telle demande ? Il n’a aucun pouvoir d’imposer ses décisions à un autre directeur général, De plus, il a pris le temps de discuter avec Mme Boulay selon la preuve.

 

Enfin, l’entente de 2007 n’imposait pas à M. Mandeville de protéger Mme Boulay de propos inadéquats de la part des employés du Cégep Marie-Victorin. Rappellons l’existence d’une clause de confidentialité imposant de ne pas en partager les termes. De plus, l’entente ne contient aucun engagement en ce sens.

 

Quant à l’embauche de Mme Lahaise, nous accordons foi au témoignage de M. Mandeville à l’effet qu’il n’a joué aucun rôle dans cette embauche. Encore une fois, la preuve est inexistante.

Décision: Dans les circonstances, à la lumière de tout ce qui précède, nous sommes d’avis que Mr. Sylvain Mandeville n’a commis aucun manquement au Code de déontologie.

Pour ces raisons et vu les faits et la preuve au dossier, nous avons décidés de ne pas déposer de plainte auprès du Conseil de discipline de l’ordre. Nous procèderons à la fermeture du présent dossier.

 

______________________________________________________________________________________________________________

 

15-Monsieur Charles Lemieux, président du  Syndicat des enseignants et des enseignantes du Cégep Marie-Victorin FNEEQ-CSN et enseignants au Département des techniques de travail social du Cégep Marie-Victorin

-Lettre adressée au Syndicat des enseignants et des enseignantes du Cégep Marie-Victorin, signataire de l‘Entente légale hors cour de 2007

s du Cégep Marie-Victorin FNEEQ-CSN Microsoft Office Word-1

______

-La réponse de Monsieur Charles Lemieux, président du Syndicat local FNEEQ-CSN du personnel enseignant au Cégep Marie-Victorin

Réponse A.

_______________________________________________________________________________________________________________

 

16-Le Ministère de L’Éducation et de l’enseignement supérieur du Québec

Plainte-Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

17-La Commission de services scolaires des Samares (Lanaudière).

Consulter l’onglet pour le dossier complet.

_______________________________________________________________________________________________________________

 

18-Desjardins (Caisses populaires)

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

19-La Banque Nationale du Canada

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

20-Mes proches

Document disponible prochainement

_______________________________________________________________________________________________________________

 

21-Mes collègues de travail au Collège Lionel-Groulx

https://www.youtube.com/watch?v=DNsrTpXdYys/

_______________________________________________________________________________________________________________

 

22- Le Cégep du Vieux-Montréal

Pour effectuer mon congédiement au Collège Lionel-Groulx, un employé-cadre du Cégep du Vieux Montréal a été utilisé à titre d’expert devant valider l’utilisation de faux documents dans un de mes dossiers psychosociaux au Service à la vie étudiante du Collège Lionel-Groulx, et ce, pour tenter de justifier un congédiement par le Collège Lionel-Groulx. Il s’agit de Monsieur Carlos Alberto Castano, coordonnateur à la vie étudiante et aux services d’aide aux Cégep du Vieux Montréal depuis 2013..

Ainsi, après avoir désigné la directrice du Service des ressources humaines du Collège Lionel-Groulx comme étant ma nouvelle supérieure immédiate au Service à la vie étudiante (à mon retour de congé, en juillet 2017), après avoir mis celle-ci en situation grave de conflit d’intérêts pour avoir supplanté mon réel supérieur immédiat en l’excluant des rencontres disciplinaires et administratives, cet inconnu en provenance du Cégep du Vieux-Montréal  a eu le mandat de confirmer les manoeuvres utilisées (par les parties patronale et syndicale) devant donner lieu à mon congédiement qui m’a été signifié par une lettre cosignée de la part de Monsieur Philippe Nars, directeur des études du Collège Lionel-Groulx et Monsieur Michel Louis Beauchamp, directeur général du Collège Lionel-Groulx depuis 2013. 

Soulignons que ce n’est pas pour rien que le Syndicat du personnel professionnel du Collège Lionel-Groulx FPPC-CSQ a toujours refusé de déposer un grief sur les motifs de mon  congédiement survenu le 17 avril 2018 puisqu’il n’ y a pas de motifs (fondés et justes) de congédiement. Un grief contestant uniquement la procédure de congédiement a finalement été déposé par le Syndicat du personnel professionnel du Collège Lionel-Groulx FPPC-CSQ toutefois le Comité exécutif de mon Syndicat local FPPC-CSQ s’est évidemment désisté de ce grief en mai 2020 ainsi que de tous les autres griefs à mon dossier au Collège Lionel-Groulx. Mr Albert Castano a finalement eu une promotion de la part de Monsieur Sylvain Mandeville (mon ex-employeur de 1997-2005: Entente hors cour en 2007), directeur général du Cégep Marie-Victorin, le 11 septembre 2020. Consulter l’avis de nomination, ci-dessous.

carlos alberto castano

__________________________________________________________________________________________________________________________

 

Quelles sont les conclusions que l’on peut tirer de notre étude de cas quant à la capacité des différents partenaires impliqués dans ce litige, à exercer adéquatement leur fonction de régulateur social tant sur le marché du travail salarié au Québec que d’un point de vue humaniste?