Bienvenue à vous toutes et tous !

Nous vous invitons à découvrir davantage le milieu syndical québécois, sur la maltraitance syndicale et sur la crise actuelle qu’il traverse, et ce, dans le cadre d’une crise généralisée des différentes institutions publiques assurant autrefois, un mode de régulation sociale. Des changements importants doivent être apportés afin de mettre fin à la corruption systémique, à la détérioration du marché du travail et à l’effritement rapide et organisé des liens sociaux. En étant mieux informés sur les enjeux majeurs qui concernent les décisions prises secrètement par nos Centrales syndicales du Québec actuelles, vous serez en mesure de connaître l’utilisation qu’elles font de vos cotisations syndicales et de choisir si cette utilisation correspond à votre positionnement comme travailleur et travailleuse syndiqués au Québec.

DES SECRETS SYNDICAUX BIEN GARDÉS, maintenant dévoilés…

À partir de mon expérience professionnelle de travailleuse syndiquée exerçant des recours juridiques dans le cadre du dépôt de deux plaintes à l’endroit de mon Syndicat local, au Tribunal administratif du Québec, pour manquement grave au devoir de représentation syndicale selon l’article 47-2 du Code du travail, vous pourrez vous aussi, découvrir plusieurs secrets bien gardés du milieu syndical québécois dont la maltraitance syndicale.

_________________

Première question: Qu’est-ce que la maltraitance syndicale au Québec et comment s’est-elle installée dans nos milieux de travail ?

La réponse est : Des travailleurs et travailleuses syndiqués agressifs et sans scrupules se sont imposés progressivement pour faire partie du Comité exécutif de nos Syndicats locaux afin de transgresser toutes les règles de fonctionnement démocratique des assemblées délibérantes, et ce, afin d’imposer toutes les demandes de l’employeur. Ils et elles ont mis en place des pratiques de maltraitance syndicale dans les milieux de travail; des pratiques d’une telle violence que les travailleurs et travailleuses syndiqués ne savent plus comment les éliminer, ni le système qui les produit.

Ainsi, les membres d’un Comité exécutif d’un Syndicat local affilié à une Fédération syndicale, elle-même membre d’une Centrale syndicale qui sont conscients du pouvoir démesuré de toute alliance avec la partie patronale et le Tribunal administratif du travail du Québec détiennent la possibilité d’exercer tous les abus possibles auprès d’un-e employé-e syndiqué-e lui versant pourtant des cotisations selon le faux motif que ce dernier pourrait éventuellement assurer la défense de ses droits au travail. Pour confirmer ce fait, la jurisprudence québécoise et canadienne démontre que les plaintes adressées au Tribunal administratif du travail pour manquement grave au devoir juridique de représentation syndicale (article 47-2. du Code du travail) sont pratiquement toutes rejetées à quelques exceptions rares.

C’est principalement le rapport de force de tout-e employé-e syndiqué-e sur le marché du travail qui fait l’objet d’une situation de détournement systémique des cotisations syndicales versées obligatoirement au Syndicat local. Ces sommes d’argent sont ensuite acheminées (la plus grande part du montant versé au Syndicat local), à la Centrale syndicale. À quoi ça sert un syndicat, si le mécanisme de traitement des plaintes mis en place par les Centrales syndicales est frauduleux ? La seule issue possible pour les travailleurs et les travailleuses syndiqués est la grande chance que le Comité exécutif de leur Syndicat local soit composée d’individus de bonne foi et possédant un sens de la justice à l’endroit de leurs collègues de travail sinon, la maltraitance syndicale aura force de LOI.

Ce site internet vous permettra de découvrir le fonctionnement interne d’une arnaque systémique méconnue qui concerne pourtant chaque travailleur et travailleuse, syndiqués cotisants.

_________________

Deuxième question: Voulez-vous bien me dire à quoi ça sert un syndicat ? Surtout, nos cotisations syndicales prises sur chaque paie, par notre syndicat local ?

La réponse est : Ça sert à enrichir financièrement une organisation nommée CENTRALE SYNDICALE qui a tous les droits sur vous en tant que syndiqués-es qui lui verse obligatoirement des cotisations syndicales sur chaque paie. Les cotisations syndicales sont alors devenues un détournement de fonds au bénéfice de la partie patronale, un revenu pour les nombreux employés des Centrales syndicales du Québec et  des Fédération syndicales. Quant aux bénéfices encourus par le Tribunal administratif du travail du Québec, cet aspect, en particulier est actuellement sous investigation.

Ce site internet vous permettra de découvrir le fonctionnement interne d’une arnaque systémique méconnue qui est maintenue par les actions de représentation et les décisions de mauvaise foi des Centrales syndicale du Québec, envers chaque travailleur syndiqué et chaque travailleuse syndiquée cotisants.

_________________

Troisième question: Comment votre centrale syndicale se positionne-t-elle face au mouvement sectaire des mondialistes The Global Goals ?

La réponse est : Depuis la mise en place de diverses mesures sanitaires et l’adoption du Décret 61 par le Gouvernement du Québec, observez bien le silence des différentes CENTRALES SYNDICALES DU QUÉBEC et vous aurez la réponse à cette question, sous vos yeux. Vous pourriez avoir des questions en tant que travailleuses et travailleurs syndiqués, membres ou non d’un ordre professionnel, que vous n’osez pas poser à votre Syndicat local. Quelles sont vos questions ? Nous vous proposons d’écrire à votre centrale syndicale (en conservant votre anonymat-pour éviter toutes représailles à votre endroit) pour tenter d’avoir des réponses. Il est toutefois fort probable que cette démarche sera inutile. Une Centrale syndicale ne répond jamais à une demande directe d’un travailleurs ou d’une travailleuse syndiqués. Nous vous encourageons, malgré tout,  à l’essayer avec nous. Le suivi de notre démarche sera diffusé et disponible sur ce site.

Ce que nous avons pu confirmer, en cette première année de FAUSSE PANDÉMIE Covid-19, est que les Centrales syndicales du Québec se comportent envers leurs cotisants-es comme étant de FAUSSES ORGANISATIONS DE REPRÉSENTATION; un type d’entreprise qui s’est transformé au fil du temps, pour délaisser les réels besoins de travailleurs et de travailleuses qui leur versent encore, une cotisation syndicale due comme étant obligatoire, sur chacune de leur paie.

Ce site internet et des liens internet vous permettront éventuellement de découvrir, le contexte socio-politique et économique, ayant amené votre Centrale syndicale du Québec, vers une dérive sectaire des plus monstrueuses.

_________________

Quatrième question : Comment vos cotisations syndicales sont-elles utilisées par les Centrales syndicales du Québec ?

La réponse est : À autre chose qu’à vos intérêts en tant que travailleurs et travailleuses au Québec. Un examen du Bilan financier annuel de votre Centrale syndicale au Québec, vous donnera la réponse à cette question ainsi que le Bilan annuel de toutes les causes gagnées à l’endroit des plaignants et plaignantes ayant déposé une plainte au Tribunal administratif du travail du Québec pour manquement grave au devoir juridique de représentation syndicale. Des frais juridiques inutiles à des fins déloyales, payés par votre Centrale Syndicale, à même nos cotisations syndicales pour des causes échelonnées sur des périodes allant jusqu’à plus de 10 ans envers des employés syndiqués ne pouvant accepter un tel système institutionnel frauduleux.

Saviez-vous que malgré le fait que vous payez des cotisations syndicales importantes sur chaque paie, il y a bien peu de chance que votre Syndicat local et votre Fédération vous apportent une aide quelconque face à différents problèmes pouvant survenir dans votre milieu de travail! C’est VOTRE CENTRALE SYNDICALE  qui reçoit la plus grande partie de votre cotisations syndicales et c’est elle, qui en aura décidé ainsi. Votre CENTRALE SYNDICALE se chargera plutôt d’utiliser vos cotisations syndicales pour mettre à vos trousses de nombreux avocats sans scrupules, pour défendre inconditionnellement la partie patronale ! L’expérimentation du seul recours juridique possible qui est administré par le Tribunal administratif du travail du Québec sous l’application de l’article 47-2 et 47-3 du Code du travail (plainte pour manquement grave au devoir de représentation syndicale par un Syndicat local) nous confirme bien ce fait! Malgré la tentative de plusieurs syndiqués de faire valoir leur droits au Tribunal administratif du travail, c’est un constat d’échec complet qui ressort de la compilation des décisions rendus par ce Tribunal, et ce, pour tous les milieux de travail syndiqués au Québec

Consulter les jugements rendus par le Tribunal administratif du travail sur le site jugements.qc.ca  qui sont des demandes d’aide d’employés-es syndiqués-es qui n’ont pas eu l’aide légitime attendue de la part de leur Syndicat local ni de leur Fédération puisqu’ils-elles ont tenté d’exercer le recours inopérant prévu selon les articles 47-2 et 47-3 du Code du  travail (Canada). Un recours inopérant qui semble bien participer d’une arnaque syndicale systémique orchestrée par votre Centrale syndicale. Selon l’exemple du Réseau des Cégeps du Québec, sur 75 jugements rendus entre 2002 et 2020, seulement deux étaient favorables à l’employé-e syndiqué-e rejeté-e frauduleusement par son Syndicat local. Cet exemple confirme les données qui ressortent de l’étude universitaire de Monsieur Yves Christian Ménard.   

Voici le lien pour ce document fort intéressant: Yves Christian Ménard. Mémoire Juin 2011

Ménard, Yves Christian (2011). La discrimination en milieu de travail et le devoir juridique de représentation syndicale: une analyse socio-juridique. Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Maîtrise es Sciences (M. Sc.) option relations industrielles, École des relations industrielles, Université de Montréal,  277 pages.

Ce site internet et des liens internet vous permettront éventuellement de découvrir, un exemple de Bilan financier et de Bilan annuel de toutes les causes gagnées d’une Centrale syndicale au Québec pour plainte au Tribunal administratif du travail du Québec en matière de représentation syndicale. Une bonne compréhension de structure hiérarchique complète syndicale vous permettra également de comprendre les mécanismes de dissimulations de toute information issue du haut de la pyramide, jusqu’au Syndicat local en milieu de travail qui impose le fonctionnement pyramidale.

__________________

SI LES SYNDIQUÉS-ES DU QUÉBEC SAVAIENT…

Si les syndiqués du Québec étaient au courant du traitement déloyal, frauduleux et violent infligé à des travailleurs syndiqués qui déposent une plainte à l’endroit de leur Syndicat local, pour manquement grave au devoir de représentation syndicale, la situation désastreuse pourrait changer. Pour le moment, ce secret est bien gardé! Il faut comprendre que tout Syndicat local n’a aucun pouvoir en tant marionnette de la Centrale syndicale qui travaille en étroite collaboration avec le Tribunal administratif du Québec. Ceci explique pourquoi le recours à une plainte selon les articles 47-2 et 47.3 du Code du travail est inutile. Le domaine du Droit du travail au Québec laisse perdurer, depuis des décennies, cette situation d’injustice scandaleuse à l’endroit des travailleurs et des travailleuses syndiqués du Québec, et ce, tant dans le milieu de la pratique professionnelle du droit du travail que celui de la recherche et de la formation en milieu universitaire. 

Seuls les syndiqués devraient pouvoir décider de l’utilisation de leurs cotisations syndicales versées sur chaque paie; ce qui n’est pas le cas depuis toujours selon une arnaque syndicale systémique que nous dénonçons, aujourd’hui! Une grande majorité de syndiqués croient verser des cotisations syndicales pour leur protection toutefois cette croyance est fausse.

_________________

À des fins de formation, je vous invite à suivre, sous l’onglet: L’EXEMPLE DES CÉGEPS DU QUÉBEC, le déroulement d’un litige actuellement en cours et qui constitue mon propre témoignage à titre d’ex-employée (2007-2018) permanente syndiquée FPPC-CSQ congédiée injustement en 2018 par le Collège Lionel-Groulx et la Centrale syndicale CSQ, à mon retour d’un congé à traitement anticipé de 6 mois (du 1er janvier 2017 à 1er juillet 2017), et ce, dans le cadre d’une Entente (2016-2021) de congé à traitement anticipé FPPC-CSQ prévue à la Convention collective FPPC-CSQ 2015-2020.Vous trouverez les documents nécessaires pour comprendre les différents enjeux entourant ce litige; des enjeux qui débouchent sur un questionnement profond à savoir l’inutilité de tout syndicat de travailleurs et travailleuses au sein de notre société actuelle.

Ce site internet vous permettra de découvrir, à partir d’un cas concret, les rouages méconnus du milieu syndical et les conséquences néfastes de ce système frauduleux sur le marché du travail salarié syndiqué québécois.  

_________________

Si vous voulez en connaître davantage sur les aspects juridiques se rapportant aux travailleuses et aux travailleurs syndiqués, membre ou non d’un ordre professionnel, consultez le site: article47-2.ca qui vous propose une démarche de réflexion citoyenne sur la nature des décisions qui sont prises concernant la mise en place des mesures sanitaires au Québec depuis mars 2020 en concertation avec nos Centrales syndicales du Québec. Vous pourrez aussi vous tenir informé de la situation internationale selon les informations transmises par des hommes et des femmes; lanceurs d’alerte, chercheurs de vérité et gardiens de l’humanité.

Bonne lecture! 

Angèle Boulay, gardienne de l’humanité en soutien aux actions du changement